Traitement des taches pigmentaires

Avant tout traitement, les taches pigmentaires devront être identifiées par l’un des médecins du Centre médical esthétique de Versailles lors d’une consultation préalable au cours de  laquelle il vous aura examiné et aura déterminé la meilleure technique pour vous ; un devis et un consentement éclairé vous seront remis.

Qu’est-ce qu’on ne traite pas au laser pigmentaire ?

  • Les naevi ou « grains de beauté » ainsi que toute tache suspecte seront respectés.
  • C’est également le cas du mélasma, zone hyperpigmentée (surcharge en mélanine à prédominance dermique) généralement sur le front et les joues, souvent d’origine hormonale (grossesse, prise de contraceptif), qui fera l’objet d’un peeling spécifique. Il est aggravé par le soleil.

La pigmentation post-inflammatoire, qui survient après une agression cutanée, ne doit pas être traitée au laser pigmentaire.

Que peut-on traiter au laser ou à l’IPL ?

  • Certaines taches dites « café au lait », de petite taille, congénitales. Elles récidivent souvent l’été qui suit le traitement.
  • Les taches de rousseur ou éphélides, les lentigos actiniques du visage, des mains et des bras qui sont des taches de vieillissement après trop d’exposition au soleil sont une très bonne indication du laser pigmentaire et peuvent disparaître en un seul passage.

Les médecins du Centre médical esthétique de Versailles disposent de deux types d’appareil : un laser Q-switché YAG et une lampe IPL ou polychromatique pulsée qui émet dans un spectre lumineux  large et non cohérent. Les filtres utilisés en esthétique sont généralement entre 550 et 650 nm.

Avant le traitement

Quelle que soit la technique utilisée, vous ne devrez pas être bronzé avant la séance et le médecin du Centre médical esthétique de Versailles vous prescrira un traitement dépigmentant et une protection solaire efficace plusieurs semaines avant le traitement, afin de mettre les cellules pigmentaires au repos et de prévenir l’hyperpigmentation post-inflammatoire.

Pendant la séance

Le médecin du Centre médical esthétique de Versailles protège vos yeux par des coques ou des lunettes adaptées. Les impacts du laser sont désagréables mais non douloureux (sensation de coup d’élastique).

Le laser Q-switché YAG fragmente le pigment mélanique par effet thermomécanique : une crème anesthésiante peut vous être proposée, à appliquer 1 à 2 heures avant le traitement ; on observe un blanchiment immédiat de la lésion, puis une coloration violine au niveau de la tache traitée. Une fine croutelle se forme dans les jours qui suivent et disparaît en 8 à 10 jours.

Les lampes

Au Centre médical esthétique de Versailles (78, près de Paris), nous travaillons avec une lampe Quantum (Lumenis). L’application d’une crème anesthésiante n’est pas nécessaire, vous ressentirez une sensation de picotements et de chaleur.

Après la séance

Avec le laser YAG, une crème antibiotique puis une crème réparatrice vous sont appliquées et prescrites. De petites croûtes se forment les jours suivants qui s’élimineront spontanément, laissant en place une peau rosée ou claire qu’il faudra protéger du soleil par un écran « total » (SPF 50) pendant des mois.

Avec la lampe IPL, le médecin du Centre médical esthétique de Versailles vous applique une crème réparatrice, à poursuivre plusieurs jours. Les taches brunes peuvent foncer dans les jours qui suivent et laissent progressivement la place à une peau plus claire.

La majorité des lésions pigmentaires disparaîtra en 2 à 3 séances espacées de 4 à 6 semaines environ ; certaines s’atténueront, d’autres peuvent ne pas disparaître. Ces lésions ont tendance à récidiver dans les années qui suivent, surtout si l’éviction solaire n’est pas respectée. D’autres séances pourront alors être effectuées.

Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire ?

Il ne faut pas accélérer la chute des croutelles si il y en a. Il faut se protéger du soleil quelle que soit la météo pendant 2 mois avec une protection solaire 50+.

Quels sont les risques ?
  • Certaines lésions peuvent récidiver.
  • Des blanchiments de la zone traitée sont possibles mais très rares.
Quelles sont les contre-indications ?
  • La grossesse.
  • La prise de médicaments photo-sensibilisants.

Le traitement laser des taches pigmentaires est un acte esthétique qui ne fait pas l’objet d’un remboursement par la Sécurité sociale.